Cette interview avec les esprits derrière le secret de Victoria est… Vraiment quelque chose.

Quelques heures avant le défilé annuel de Victoria’s Secret, qui aura lieu jeudi soir à New York, Vogue a publié une interview en ligne avec Ed Razek et Monica Mitro, deux des “architectes en chef” de la marque. La conversation qui a suivi, animée par Nicole Phelps, directrice de Vogue Runway, a porté sur des sujets tels que la représentation, #MeToo et les concurrents de la marque. Inutile de dire que c’était beaucoup à encaisser.

“Victoria’s Secret a le mérite d’être un amorceur de conversation, mais la marque ne fait pas partie de la discussion en évolution sur la diversité des tailles maintenant “, a écrit Phelps dans son introduction, citant des marques comme Universal Standard, ThirdLove et Savage x Fenty de Rihanna, qui sont devenues populaires en partie pour promouvoir la taille, le genre, la race et la diversité ethnique. “À bien des égards, la discussion autour de Victoria’s Secret ne porte pas sur la question de savoir qui elle laisse entrer “, a ajouté M. Phelps. “Mais qui il empêche toujours d’entrer.”

Malgré les défauts décrits par Phelps, Victoria’s Secret est toujours très populaire dans le monde entier. Le spectacle de l’an dernier, qui a été tourné à Shanghai, en Chine, a attiré 1,6 milliard de regards dans 190 pays. Razek et Mitro défendent ces chiffres dans l’interview de Vogue, ainsi que la pertinence et l’objectif de la marque… Comme beaucoup.

“J’ai l’impression que nos pistes d’atterrissage sont culturellement diversifiées depuis longtemps et que nous avons toujours célébré les antécédents de nos modèles “, a déclaré Mitro.

Razek, quant à lui, semblait plus déterminé à s’adresser aux “détesteurs”, en disant que les concurrents et les écrivains “carpe” sur l’entreprise parce que c’est un succès énorme.

Dans cet esprit, voici quelques lignes qui nous sont ressorties de l’entrevue. Nous les laisserons parler d’eux-mêmes.

au Savage x Fenty Show de Rihanna :

Razek : Tout le monde n’arrête pas de parler de l’émission de Rihanna. Si nous avions fait l’émission de Rihanna, nous aurions été accusés de proxénétisme sans poser de questions.

Vogue : Pandering pourquoi ?

Razek : Parce que la marque a une image spécifique, a un point de vue. Il a une histoire. (…) Au fait, nous avons eu trois mannequins enceintes dans le show. Tout le monde a parlé du fait que Savage[x Fenty] avait le mannequin enceinte dans le spectacle. On regarde ça, ça nous amuse, mais on ne le traite pas. Et toutes ces choses qu’ils ont “inventées”, nous les avons faites et continuons de les faire.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *